retour           

 44 ans de plongée sous-marine

 

Fin 1969, ça faisait 4 ans que j’étais aux Houillères du Bassin de Lorraine, au bureau,

Plongeur001je participais toutes les semaines, bien que n’y connaissant rien, au traditionnel

tiercé en donnant 3 francs aux « Anciens » habitués de la chose et qui s’occupaient de tout.

 

Entre Noël et nouvel An 1969, j’exprimais l’envie de faire un tiercé personnel,

je me fais expliquer la procédure, puis je remplis un ticket avec ma date de naissance modifiée car il

n’y avait que 18 partants donc le 21/05/47 devient 3 (2+1), 5, 11 (4+7).

Le dimanche suivant ces 3 numéros arrivent dans l’ordre et me rapportent la coquette somme

d’environ 6000 frs soit à peu près 5 mois de salaire et ce qui me faisait rêver depuis que

j’avais vu en 1957 « Le Monde du silence », la plongée sous-marine, allait pouvoir se réaliser.

 

Courant janvier 1970, je passe commande au magasin « Munder Sport » de Sarreguemines de

tout le nécessaire à cette activité soit :

 

-         1 combinaison 5 mm, 2 pièces

-         1 paire de palmes

-         1 masque et 1 tuba

-         1 détendeur Royal Mistral (la Rolls de l’époque)

-         1 bi-bouteille 2x9 litres à 176 bar

-         1 ceinture de lest avec 6 kg de plombs

-         1 poignard de plongée

-         1 profondimètre à membrane (modèle utilisé par la Marine Nationale)

-         Plus tard viendront se rajouter des gants, des chaussons, et un compas (modèle sphère de la MN)

-         Et encore un peu plus tard, une Fenzy.

 

Tout ce matériel d’une valeur de 2700 frs me sera livré quelques semaines plus tard,

ne disposant pas de plan d’eau à proximité, mes premiers essais se feront en baignoire ????????

 

Restait un gros problème à résoudre, je ne savais pas plonger et l’organisme le plus près se situait à Metz

qu’à cela ne tienne, je me trouve un petit opuscule « Marabout Flash », « Plongée sous-marine » qui

expliquait assez clairement la procédure d’apprentissage.

 

Plus tard vers avril/mai, en suivant les conseils du Marabout Flash, je fais mes premiers pas dans

l’étang de Hambach et je m’apprends, seul, à palmer, piquer en canard, vider un masque, respirer

sur un tuba, le vider, respirer sur le détendeur, le faire fuser, remonter sans embout, capeler,

1erephotoSM001décapeler, enfin le b. a. BA de la plongée, et dans le même temps mon épouse nous

réserve 2 semaines de vacances à Préfailles en Loire Atlantique.

 

Je me fais également fabriquer par un atelier des houillères, un caisson en rhodoïd soudé avec

une valve pour le gonfler, ceci pour un appareil photo « Instamatic Kodak », avec un gant Mapa

pour les commandes, le tout rendu étanche par un bourrelet en pâte à modeler.

                                                        Essai du caisson avec 1ère photo en baignoire ci contre =>

 

Le gonflage du Bi se faisait au poste central de secours des Houillères, mais alors qu’il ne restait plus

que quelques semaines avant de partir en vacances, l’une des 2 bouteilles de mon Bi, fuyait au

niveau du col, il s’avéra qu’il avait une fissure, contact avec Munder Sport qui me renvoie vers

Metz pour la réparation, remplacement qui aura lieu la veille de partir à Préfailles.

1erephotoSM02 

Juin 1970, Préfailles, j’effectue mes premières plongées en mer, toujours seul, évidemment,

ainsi que mes premières « mauvaises » expériences, je n’avais pas pensé qu’un courant pouvait

me déporter de plus d’un kilomètre du lieu de départ, je n’avais pas non plus idée de la force

d’un crabe avec sa pince, que la pression remplirait l’intégralité du caisson photo avec le gant

passé 5 mètres, ce qui ne m’empêcha pas de prendre mes premières diapos.

                                                                                           La première diapo ci contre =>

 

Fin Aout 1970, le journal local « le Républicain Lorrain » annonce la création à St Avold, d’un

club de plongée sous-marine, c’était nettement moins loin que Metz, ainsi, je me présentais à

la première réunion début septembre.

Lors de cette réunion, questions d’usage des dirigeants aux candidats présents :

-         « Qui a déjà plongé ? »

J’ai levé la main puisque j’avais déjà plongé, on me demande alors si j’ai du matériel,

-         « Oui, j’ai du matériel »

-         « bon et bien tu le mets à la disposition du club et tu fais partie de l’encadrement »

 

Et pendant un an, bien que ne sachant pas vraiment plonger, j’ai bénéficié de la gratuité du

club mais sans licence, ça ne devait pas être important à l’époque surtout qu’ils ont du

acheter un culot pour le Bi, ça craignait un peu pour le carrelage sans le culot.

 

1971 j’achète un livre « La Plongée » de Guy Poulet et Robert Baraincou, ça sera ma bible

pour les années qui ont suivi et tout ce que j’ai pu apprendre sortait en grande majorité de

ce bouquin et c’est grâce à lui que j’ai pu commencer à enseigner la plongée.

 

1972, le club me délivre un Brevet Elementaire, c’est quand même le minimum pour enseigner.

 

1973, je passe avec quelques autres le brevet de 1er Echelon à Esch sur Sure au Luxembourg.

 

1975, une vague de rébellion souffle au sein du club, quelques membres influents (la principale

de ces personne était le chef direct en entreprise du président) veulent faire sauter le président

Michel Simon, que je tenais alors en grande estime et je réunis tous les membres de la région

de Forbach pour leur faire front à l’assemblée générale, mais l’adversité qui a décidé

unilatéralement que les membres qui n’avaient pas payé la cotisation pour la saison à venir

n’avaient pas droit de vote, ce qui explique depuis cette coutume à St-A d’être à jour de la

cotisation pour la saison à venir pour avoir le droit de vote lors des assemblées générales alors

que partout ailleurs (du moins pour les nombreuses autres associations que j’ai pu voir) il

suffit d’être à jour de ses cotisations pour la saison écoulée et ceci provoquera le départ

des Forbachois.

 

1976, je réunis quelques amis plongeurs ainsi que les papiers nécessaires et je crée un club

à Forbach, il n’y avait alors pas encore de piscine. Il s’appellera le Sub Aquatic Club de Forbach.

Les entrainements futurs se feront le lundi à la piscine de St Avold, le club de St-A nous

ayant rétrocédé ce jour moyennant finances.

Ci-dessous les premiers membres du nouveau club et la parution au journal officiel.

 

JournalCreation-reduit001   

 

Pour ceux qui connaissent, les Rididis ont paru au journal officiel juste à coté du SACF.

 

Cette même année je me présente en candidat libre à la session 2ème Echelon de Gérardmer,

de laquelle je m’enfuis juste avant la dernière épreuve, suite à une très mauvaise organisation

et à la sécurité qui laissait très très fortement à désirer.

(ceci aura une grande importance pour moi par la suite)

 

1977, je passe les « permis de conduire bateau » mer et rivière.

 

1978, au cours d’un stage de 3 semaines à Golfe Juan, je passe le Brevet de 2ème Echelon.

Cette même année, lors d’une assemblée générale de la région Est, un groupe de moniteurs

monte une fronde contre le président et le secrétaire en cherchant tout les prétextes

possibles pour les virer et me demandent de témoigner du très mauvais déroulement de

la session de 2ème Echelon de Gérardmer 2 ans plus tôt, organisée à l’époque par

ces 2 personnes, ce que je fais sans arrière pensée mais j’apprendrai plus tard que

j’aurais mieux fait de la fermer.

 

1979, sur l’insistance de Guy Occipinti, moniteur alors en stage d’instructeur régional, je me

prépare au Monitorat avec moult cours dans toute la région, encadrements multiples

jusqu’à Longemer, Gérardmer, Nancy, Metz, Amnéville, etc.

Cette même année, je participe à la création du CD57 avec Guy et bien d’autres.

 

1980, je passe l’examen de Moniteur, session régionale de La Wantzenau, présidée par

Lucien Ciesielski et George Parquier, les 2 olibrius mis en cause 2 ans auparavant à cette

fameuse assemblée générale ou ils avaient été renversés, et ce qui devait arriver, arriva,

ils m’on réglé mon compte malgré les réclamations et contestations de Guy qui avait assisté

à plusieurs de mes épreuves.

Dégouté de ce comportement, je délaisse la plongée pendant un an ainsi que le club que

j’avais créé.

 

1981, nous entrons à la piscine de Forbach qui venait d’être reconstruite après son incendie en 1979.

 

1985, la fédé met en place un nouveau système concernant les bouteilles de plongée et organise

des stages de formation de T.I.V. (Technicien en Inspection Visuelle)

Je ferais un de ces stages et serais TIV début 1986.

 

1986, passage du brevet d’initiateur en Corse, pour l’anecdote, j’avais suivi en 1985 un stage de

formation d’Initiateur à Ars sur Moselle (je crois) et le moniteur nous expliquant qu’il fallait se

comporter comme si l’on avait à faire « à un berger de Beauce qui descend de ses montagnes »,

je lui avais alors demandé s’il avait vu beaucoup de montagnes dans les plaines de la Beauce,

sa réponse : rappelle moi ton nom et on verra plus tard, du coup je suis allé le passer en

Corse (ou il y effectivement pas mal de montagnes). (:o))

 

1993, je préviens le comité que j’ai décidé de diminuer mes nombreuses activités au sein

du SACF, n’étant que très peu assisté et que je leur laissais un an pour me trouver un

remplaçant, essentiellement pour les cours pratiques et théoriques, j’acceptais volontiers

de continuer à m’occuper du matériel et de certaines sorties plongées à condition d’être

assisté par d’autres pour ces activités.

 

1994, alors que je mettais en pratique les décisions de l’année précédentes, l’atmosphère

devint tellement lourde que j’ai eu nettement l’impression qu’on allait me foutre à la porte,

du coup j’ai quitté le club avant que cela n’arrive, et depuis je suis à nouveau au club de St-A

qui s’appelle maintenant Argonaute.

Argonaute, en y arrivant j’ai prié instamment le président de ne jamais me demander quoique

ce soit en responsabilité, enseignement ou autres au sein du club, ce qu’il n’a pas vraiment

observé, moi non plus d’ailleurs.

 

1997, tout en restant à St-A, j’entre au GRAAL (Groupement de Recherches Archéologique
d’Alsace Lorraine) ou je resterais jusqu’en 2002, année ou la DRAC nous a un peu envoyé

promener et voir ailleurs si on y était.

 

2007 la fédé me délivre une carte de Plongeur Niveau 5 en date de 1992.

 

2008 la fédé me délivre une carte d’Initiateur Apnée en date de 1986.

Le comité du Subaquatic Club de l’agglomération de Forbach (SCAF) me fait Président

d’Honneur, l’atmosphère s’est très nettement améliorée à mon égard depuis quelques années.

J’ai beaucoup apprécié cet honneur.

Jacky-Nitrox 

2010, en préparation, brevet Nitrox, il paraît que c’est tellement mieux et moins

fatiguant en plongée pour les vieux …

Ben voilà, pour le Nitrox, c’est fait, quelle sera la prochaine étape ?

 

2013 Dernière année de l'aventure
Les suites d'un accident arrivé 47 ans plus tôt à l'armée (aux lombaires) se font gravement

sentir et le port de matériel lourd hors de l'eau me devient extrêmement pénible et

douloureux et c'est avec beaucoup de regrets que je décide d'arrêter là cette aventure.

 

2016 : Le club que j'ai fondé fête ses 40 ans par un grand banquet auquel je suis invité

ainsi que mon épouse, à qui je dois beaucoup car sans elle, je ne pense pas que

l'aventure aurait eu lieu.

 

2017 :Je quitte le club de St Avold

 

JCB02

 

Mis à jour le :20/04/2018

 

Retour en haut de page